Vol de fourchettes et d’un tabouret au Fouquet’s: le procès renvoyé au 11 octobre

Le procès d’une femme soupçonnée d’avoir volé des fourchettes, un tabouret et une salière au restaurant Le Fouquet’s, saccagé lors de l’acte 18 des «gilets jaunes» à Paris, a été renvoyé jeudi au 11 octobre.

» LIRE AUSSI — VIDÉO — Le couple soupçonné de vol au Fouquet’s jugé

Le tribunal correctionnel de Paris a ordonné ce renvoi pour cette prévenue de 30 ans poursuivie pour «vols en réunion», mais s’est estimé non saisi pour son compagnon de 43 ans, celui-ci n’ayant pas été cité «correctement» par le ministère public, a souligné leur avocat Arié Alimi. Le parquet devra donc le faire citer à nouveau.

Le couple avait été interpellé le 21 mars en Indre-et-Loire, puis placé en garde à vue. Leur procès en comparution immédiate deux jours plus tard avait tourné court, le tribunal ayant constaté la nullité de la procédure. Ce sont des photos d’un tabouret et de couverts du célèbre restaurant des Champs-Elysées, postées par la jeune femme sur Facebook, qui avaient mis les enquêteurs sur leur piste. «Ils contestent tout», a déclaré Me Alimi, selon lequel ces objets «étaient des dons» faits par un employé du Fouquet’s. «Il y a une forme de précipitation du procureur de la République de Paris à faire citer et à faire n’importe quoi procéduralement», a estimé Arié Alimi, dénonçant «le ridicule» de cette affaire, avec «toute une après-midi prévue pour un tabouret et deux fourchettes».

» VOIR AUSSI — «Gilets jaunes Acte XVIII» : les images du Fouquet’s en feu

Me Alimi a réclamé la même «diligence» du parquet de Paris pour les enquêtes sur des violences policières confiées à l’IGPN (Inspection générale de la police nationale, NDLR) pour «des mutilations, des yeux perdus, des mains arrachées». Ces dossiers «n’ont pas donné lieu à une seule poursuite», a appuyé ce défenseur de victimes de violences policières. Le Fouquet’s avait été saccagé puis incendié lors de la mobilisation du 16 mars des «gilets jaunes», marquée par une flambée de violences. L’établissement s’est constitué partie civile.

Источник: Lefigaro.fr

Share

You may also like...